Déneigement : la technologie géospatiale au service des municipalités et de leurs citoyens

Samedi 15 janvier 2011
Viabilité hivernale
Technologie géospatiale
Philippe Satre
Directeur de production
K2 Geospatial

La neige est, comme chacun sait, une composante indéfectible de l’hiver québécois. Quelle que soit sa taille ou sa localisation au sein de la province, chaque municipalité doit faire face, tôt ou tard, chaque année, à la gestion du déneigement de son infrastructure routière et piétonnière.

Parallèlement à l’ensemble des activités reliées à la gestion des infrastructures municipales, la notion de « service aux citoyens » est un paramètre de plus en plus ancré dans les politiques aujourd’hui mises en place par les villes du Québec.

De plus, les normes environnementales en vigueur depuis quelques années sont souvent synonymes de procédures de gestion de la neige complexes et contraignantes, voire coûteuses.

Si l’on ajoute à cela le fait que la plupart des municipalités font aujourd’hui affaire avec des entreprises sous-traitantes pour le déneigement de tout ou d’une partie de leur territoire, il devient de plus en plus évident que la viabilité hivernale est devenue un enjeu majeur pour toutes les villes du Québec, tant en matière organisationnelle que financière.

Nombreuses sont les technologies qui, ces 10 dernières années, ont été mises à la disposition des villes dans le cadre de leurs activités de gestion quotidienne. La gestion des permis de propriété, de la signalisation routière, des requêtes de citoyens, des opérations de sécurité publique et de police, etc., est réalisée à partir d’applications informatiques autrefois réservées à une élite, mais maintenant accessible à tout un chacun.

L’avénement des applications de type « géospatial » (JMap, Google, ESRI, etc.), couplé à la démocratisation des outils de localisation (GPS, satellite) et à la puissance des technologies de communication (cellulaire), a permis de mettre à la disposition des gestionnaires municipaux une panoplie d’outils d’une puissance, d’une précision et d’une fiabilité exponentielles.

De ce fait, la plupart des municipalités québécoises, quelles que soient leurs tailles, ont aujourd’hui intégré et associé les technologies cartographiques et de communication à leurs opérations journalières, dont, bien entendu, celles concernant les opérations de déneigement.

Parmi ces municipalités, la Ville de Blainville a su très tôt miser sur ces outils d’avant-garde.

La municipalité de Blainville est la 19e ville en importance au Québec avec une population de plus de 51 000 habitants. Elle a investi très tôt dans divers outils informatiques destinés à optimiser ses opérations à partir d’informations cartographiques. Plus de 100 personnes utilisent aujourd’hui l’application JMap au sein des différents services de la Ville (police, pompiers, travaux publics, géomatique, TI, etc.). Cette application est aussi disponible en ligne pour les citoyens sur le site de la ville.

Comme la plupart des villes de la région montréalaise, Blainville a reçu une quantité exceptionnelle de neige au cours de l’hiver 2007-2008 (375 cm). La moyenne annuelle des précipitations de neige dans ce secteur se situant habituellement autour de 215 cm par hiver, les équipements et les équipes municipales et sous-traitantes ont été mis à rude épreuve pour faire face à cette situation exceptionnelle. De ce fait, la qualité du service, les délais d’intervention et la disponibilité des équipes et des équipements de déneigement ont fait, au cours de cet hiver, l‘objet de multiples critiques et plaintes de la part des citoyens et citoyennes.

À la suite de cet hiver « hors norme », la municipalité de Blainville a amorcé une importante démarche visant à mettre en place une politique de « gestion de l’hiver ».

Dans le cadre de cette politique, l’équipe des travaux publics a lancé un projet spécifique permettant le suivi et la gestion en temps réel des opérations de déneigement sur le territoire. L’objectif de ce projet était de permettre le suivi des parcours, la localisation précise et l’identification en temps réel de tous les véhicules participant au déneigement sur le territoire, qu’ils soient municipaux ou appartenant à des sous-traitants.

Parallèlement à cela, la municipalité a créé la « Ligne Info-neige », destinée à fournir aux citoyens des informations fiables en temps réel sur la progression des travaux de déneigement dans les rues de la municipalité.

Trente véhicules de déneigement (municipaux ou sous-traitants) sont opérationnels au cours de l’hiver sur le territoire en cas de tempête de neige.

Le problème de gestion de ces véhicules, jusqu’au mois de novembre 2008, était dû à la difficulté des Travaux publics de les localiser facilement et surtout de valider les parcours effectués et les heures de passage dans les différents secteurs à déneiger. De plus, comme les tâches de déneigement étaient réalisées en partie par des sous-traitants, il était souvent difficile d’effectuer un suivi précis de tous les véhicules en mouvement. L’objectif initial était donc de se doter d’un système de suivi des véhicules suffisamment fiable et précis pour connaître, en temps réel, l’état d’avancement des opérations de déneigement.

Avec un tel système, les responsables du déblaiement sauraient ainsi en tout temps quelles rues ont été ou n’ont pas été déneigées, combien de fois une même rue a-t-elle été déneigée et dans quelle direction, quelle est l’heure du dernier passage sur une rue où se trouve un véhicule en particulier, etc.

La solution devait pouvoir superviser au moins 30 véhicules dès le début des opérations de déblaiement de l’hiver 2008-2009.

Le projet a été réalisé à partir de l’application JMap par K2 GEOSPATIAL, en collaboration avec Telus, fournisseur du service de télécommunications et la compagnie Intercel Communications, fournisseur et installateur de l’équipement dans les véhicules.

Un modem, une antenne cellulaire, une antenne GPS ainsi que des capteurs permettant de connaître l’état de la pelle (levée ou baissée) sont installés dans chaque véhicule. La localisation du camion s’effectue grâce à son antenne GPS qui envoie à JMap à intervalles réguliers, par le réseau cellulaire, les informations relatives à la position du véhicule, sa direction, sa vitesse et l’état de sa pelle. Chaque véhicule est identifié par un code permettant de le retracer facilement et de le suivre. La carte se centre alors autour de celui-ci en temps réel. Il est important de noter que chaque côté de rue est représenté graphiquement, de manière à garantir une précision absolue sur la portion et la direction de la rue déneigée.

L’utilisateur peut, à partir de JMap, voir les déneigeuses (représentées par un symbole spécifique) se déplacer en temps réel sur la carte. La couleur du symbole représentant le camion varie en fonction de l’état de la pelle (levée ou baissée). L’indicateur de pelle baissée signifie que le déneigement est en cours. Un passage de la souris sur le parcours visionné permet de faire apparaître une « info-bulle » contenant les informations sur le nombre de passages, la vitesse du véhicule, ainsi que la date et l’heure du dernier passage effectué.

L’historique du trajet de chaque véhicule est accessible en quelques secondes en spécifiant la période désirée (date et heure). L’état d’avancement des opérations, par plage horaire, est représenté en affichant chaque tracé de couleur différente indiquant le nombre de passages d’un véhicule de déneigement (ex. : Bleu = 1 passage, Vert = 2 passages, etc.).

L’ajout de véhicules au sein de la flotte s’effectue aisément puisque, dès que les modems sont installés à bord et configurés, ils apparaissent automatiquement sur la carte et peuvent alors être suivis.

L’accès à l’application est sécurisé et seules les personnes accréditées peuvent se connecter au système. La mise en production au cours de l’hiver 2008-2009 a permis à la Ville de Blainville de répondre à trois préoccupations importantes :

  • Effectuer un suivi rigoureux des travaux effectués par les sous-traitants sur le territoire et s’assurer que le mandat initial a bien été respecté;
  • Coordonner de la manière la plus efficace qui soit les opérations de déneigement et intervenir en temps réel sur les manœuvres en cours;
  • Fournir aux citoyens, grâce à la « Ligne Info-neige » des informations instantanées concernant l’état des opérations de déneigement dans leur secteur.

La Ville de Blainville entamera cet hiver sa
troisième saison hivernale depuis la mise
en place de cette nouvelle politique de gestion des opérations de
déneigement et d’information du citoyen.

De nombreuses municipalités lui ont, depuis, emboîté le pas
et géreront cet hiver, leurs opérations hivernales avec la même
technologie. Une technologie qui évolue de jour en jour et offre
de plus en plus d’accès à de nouvelles fonctionnalités historiques
et prévisionnelles. Parmi elles, mentionnons la gestion
des opérations d’épandage d’abrasifs, mais aussi la validation
des parcours (« geofencing ») permettant aux gestionnaires
de s’assurer que les véhicules restent bien sur le territoire
défini initialement.

Visualiser, anticiper, agir sont les mots clés associés à la gestion
de la neige.

Les technologies de pointe d’il y a 10 ans sont aujourd'hui
aisément accessibles à tout un chacun. Leur implantation au sein
d’une structure municipale est facile, rapide, mais
aussi immédiatement rentable, et ce, quelle que
soit la taille de l’organisation.

La rentabilité de telles technologies pour une
organisation municipale n’est plus à démontrer et
constitue, à une époque où les budgets diminuent
d’année en année, une garantie de retour immédiat
sur investissement.

Sur la toile

https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201811/12/01-5203942-montreal-augmentera-le-nombre-de-brigadiers-scolaires.php
13 novembre 2018

La Presse

https://ville.montreal.qc.ca/idmtl/lets-lance-le-pole-innovation-4-0-et-la-chaire-de-recherche-siemens-sur-lintegration-des-technologies-de-lindustrie-4-0/
12 novembre 2018

Ville de Montréal

https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201811/09/01-5203569-fermetures-dans-lechangeur-turcot-heure-de-pointe-eprouvante-en-vue.php
9 novembre 2018

La Presse